ACELESTARTUPS | Bigorre y el ecosistema de startups del territorio.
17370
post-template-default,single,single-post,postid-17370,single-format-standard,bridge-core-1.0.1,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode-theme-ver-18.0.3,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Bigorre y el ecosistema de startups del territorio.

Pour ceux qui en ignorent l’existence, le Centre européen d’entreprise et d’innovation Crescendo est un lieu d’excellence entrepreneurial, destiné à favoriser la création et le développement des entreprises du territoire, en proposant une réponse adaptée à chaque étape de la création d’entreprise.

Implanté depuis huit ans sur le site de l’ancien arsenal de Tarbes, c’est donc lui qui, il y a quelques jours, a organisé le DemoCamp, afin de permettre au plus grand nombre de découvrir ce qu’il nomme « l’écosystème de startups du territoire ».

Quelque 360 personnes, acteurs économiques locaux, investisseurs, étudiants, élus, se sont ainsi retrouvées sur le Campus Veolia Sud-Ouest, à Ibos, découvrant au gré des stands les startups de la région, leurs produits et leurs services.

Avec au programme un certain nombre de rendez-vous, tels que : Expérience et innovation ; Croire en son projet, tenir le cap face aux difficultés ; Le marketing des startups ; Les blockchains privées et publiques, comment prendre un bon départ ? ; et Retour d’expérience sur une success-story locale. Le tout parachevé par une table-ronde financement – investissement.

La vingtaine de startups locale « en hyper-croissance » exposants du DemoCamp offraient au curieux comme à l’investisseur toutes sortes de compétences : depuis le bureau d’études des technologies du bâtiment (My Olympe), jusqu’aux maisons auto-suffisantes en énergies (New Factory), en passant par la mise en ligne des appels d’offres des marchés publics (ELV Contact), la communication digitale (Otidea), la sécurité dans le milieu médical et pharmaceutique (LDI). Et même un projet, dénommé Ins’Pyr, offrant de développer un poêle à bois contribuant à réduire les émissions de particules fines. Et d’autres, bien sûr.

Une expérience qui devant le succès rencontré, devrait se prolonger et aller… crescendo.